Alimentation émotionnelle

Vous mangez pour calmer, pour anesthésier vos émotions ?

.

Libérez-vous ENFIN de ces schémas !

.

.

Tristesse, colère, angoisses, fatigue, ennui, culpabilité, peur… mais aussi… joie, excitation, bonheur, fierté, paix, amour, épanouissement : Stress ou Bien-Être, notre état émotionnel influence notre façon de manger.

Notre silhouette ne dépend donc pas de l’assiette

mais de la Tête !

Coach Alimentation émotionnelle

.

LES REGIMES : CA CHAHUTE !

Parce que nous nous sentons mal dans notre Corps, parce que ces kilos superflus nous dérangent, que nous allons alors automatiquement nous diriger vers… les REGIMES ! Ce serait LA solution… Enfin, c’est ce qu’on veut nous faire croire ! Seulement, bien que ces programmes alimentaires nous assurent une perte de poids rapide, une silhouette de rêve, nous promettent de nous débarrasser définitivement de ce surpoids, le résultat est toujours le même : un échec ! Non seulement, nous sommes contraints de manger des aliments peu ou pas appétissants, et surtout, nous tombons dans un contrôle alimentaire permanent, ce qui conduit à une forte obsession de la nourriture : nous sommes alors dans de l’inconfort émotionnel et notre Vie ne tourne plus qu’autour de l’alimentation 🫤

Et le plaisir dans tout ça ? Il est où ? Eh oui, parce que La Vie, c’est avant tout, du plaisir ! Ne l’oublions surtout pas ☀

Les régimes alimentaires viennent fondamentalement déséquilibrer notre Corps (carences, modifications profondes de l’organisme) et impactent grandement notre moral, notre humeur.

Quelle serait donc l’issue pour perdre du poids naturellement ? Bien que les médias, la société soient axés sur notre assiette, l’idée c’est d’aller voir ce qui se passe dans notre Tête, dans nos pensées, dans nos émotions 🧠 Dites enfin ciao au Surpoids, à l’Obésité 🥳

.

ECOUTER SON CORPS POUR MINCIR

Notre Corps, c’est une pépite, c’est notre Bien-Être, c’est notre Boussole : oui, oui !

Mincir, perdre du poids, c’est se (re)connecter à ses ressentis corporels, à ses sensations, à ses émotions, c’est apprendre à respecter son Corps, ses besoins physiologiques, et ce, avec plaisir !

Bien que la nourriture soit devenue un refuge pour certains d’entre nous (= alimentation émotionnelle), se nourrir est en réalité un besoin inconscient, quelque chose de spontanée répondant à des signaux de notre Corps, et non un besoin de réconfort : ce n’est ni à intellectualiser, ni à analyser (tout comme l’envie d’uriner : on ne réfléchit pas, on y va !).

Le surpoids, l’obésité ne sont pas liés au contenu de notre assiette : il s’agit d’un symptôme, d’une conséquence de ce qui s’est passé dans notre Lignée. En d’autres termes, les émotions, les stress de nos ancêtres sont à l’origine de nos comportements déviants : c’est ce sentiment d’insécurité (inconsciemment) qui nous pousse à manger, à stocker, et c’est la raison pour laquelle une perte de poids ne s’installera durablement, uniquement lorsqu’il y aura une sérénité dans nos émotions.

.

MAIGRIR EN VOUS LIBERANT DU POIDS DE VOS ANCÊTRES

Pour mincir sereinement et durablement, sortons de l’assiette et allons curieusement explorer notre Cerveau et nos gènes : c’est par cette approche que nous pouvons travailler réellement sur la cause du surpoids et ainsi, enrayer définitivement cette problématique ; ciao la faim émotionnelle, cette fausse faim conduite par notre Tête (ne rentrons pas non plus dans une rigidité comportementale : la souplesse, la flexibilité sont nécessaires pour avancer 😉).

Et si on faisait un peu d’histoire… ? Depuis quelques années déjà, les épigénéticiens ont découvert que les événements traumatisants (violences, guerres, famines, etc) vécus dans les générations précédentes inscrivent leurs marques sur nos gènes, et modifient, de façon ciblée et non irréversible, certains de nos comportements. L’environnement dans lequel nous vivons va alors favoriser le développement de ces gènes, ou non. Nous avons donc le moyen d’intervenir sur nos agissements.

Les études autour de l’Epigénétique expliquent, par exemple, que « cette peur de manquer de nourriture » remonterait aux périodes de famine. Or, aujourd’hui, nous ne vivons plus dans des milieux hostiles, nous vivons dans une société où il y a abondance de nourriture : ensemble, nous allons enlever ces couches épigénétiques, de manière à faire baisser tous ces stress inconscients venant de notre Lignée et, responsables de nos comportements déviants.

.

A travers mon accompagnement, je vous propose de venir comprendre et agir sur vos mécanismes inconscients afin de vous sécuriser ailleurs que dans l’alimentation, le tout, pour cultiver votre Bien-Être 😉

.

>> La Clé